Quelle féministe êtes vous ?

Dans son ouvrage Le féminisme, Andrée Michel rappelle que le mot « féminisme », entré dans la langue française à partir de 1837, est définit par Le Dictionnaire Robert comme « une doctrine qui préconise l’extension des droits, du rôle de la femme dans la société ».

Pour le Larousse, il n’est plus question de doctrine mais de mouvement. Le féminisme est ainsi défini comme un « Mouvement militant pour l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société ».

C’est sans doute le Wikipédia, dont certains conteste la fiabilité, qui en propose la définition la plus étoffée, en écrivant le « féminisme comme un ensemble de mouvements et d’idées philosophiques qui partagent un but commun : définir, promouvoir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes ».

« Un ensemble de mouvements et d’idées philosophiques », il y aurait donc plusieurs types de féminismes ? C’est ce que confirme Florence Montreynaud, fondatrice des Chiennes de garde dans une interview donnée à France Inter en 2019.

Le sujet n’est donc pas simple et je comprends mieux pourquoi, les néophytes se sentent parfois un peu perdus. Car défendre le droit des femmes, OUI, mais comment et avec qui, c’est une autre question. Pour y répondre, il faut s’intéresser de plus prêt aux différents types de féminismes, que je ne détaillerais pas ici. Chaque type à ses idées, ses leaders, il n’y qu’à choisir celui qui vous convient le mieux.

Quelles sont les mouvements féministes actuelles ?

Voici quelques types de féminisme parmi les plus connus :

  • Le féminisme universaliste
  • Le féminisme essentialiste / différentialiste
  • Le féminisme intersectionnel
  • Le féminisme pop
  • … .

Et pour celles qui souhaitent se faire une idée de qui sont les féministes aujourd’hui, je vous invite à regarder cette interview de Lauren Bastide. Elle vous donnera peut-être l’envie de lire « Présentes » un manifeste dans lequel elle s’indigne de l’invisibilité des femmes dans la société ou encore d’écouter sa série de podcasts intitulée « La poudre ».

L’histoire du féminisme en quelques points

Avant de finir ce post, je vous propose un petit rappel des dates et figures du féminismes français.

  • 1791, Olympe de Gouges publie la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.
  • 1804, le Code civil fait de la femme une mineure, sous la domination de son mari
  • Sous la IIIe République Hubertine Auclert anime le journal La Citoyenne et milite pour le droit de vote
  • 1944, les femmes obtiennent le droit de vote
  • 1949, Simone de Beauvoir publie Le Deuxième Sexe
  • 1967, l’Assemblée nationale adopte la loi autorisant la contraception
  • 1970, création du Mouvement de libération des femmes (MLF) qui revendique la libre disposition du corps des femmes
  • 1974, Valéry Giscard d’Estaing crée un secrétariat à la Condition féminine et Simone Veil fait adopter la loi sur l’interruption volontaire de grossesse.
  • 2000, adoption de la loi relative à l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux
  • 2008, création d’un collectif 100 % féminin La Barbe
  • 2011, les Femen, venues d’Ukraine, investissent la France
  • 2017, naissance du mouvement #MeToo

Pour aller plus loin dans l’histoire du féminisme : https://www.nationalgeographic.fr/histoire/2019/11/feminisme-en-france-le-tres-long-combat-pour-legalite

Et pour vous, qu’est-ce que le féminisme ? Vous reconnaissez vous dans les mouvements existants ? leurs actions vous paraissent-elles efficaces ? Suffisantes ? Avez-vous déjà participé à l’un d’entre eux ?

Crédit : Photo de Markus Winkler pour Unsplash